La seule erreur est celle dont on ne retire aucun enseignement

Coach certifié - Préparateur Mental

La seule erreur est celle dont on ne retire aucun enseignement

10 septembre 2019 Coaching golf golfeur Préparation Mentale 0

La seule erreur est celle dont on ne retire aucun enseignement

 

« L’échec est le fondement de la réussite. » Lao-Tseu

Dans une société très axée sur les résultats et le culte de la performance « express » pas facile d’accueillir, d’accepter et de trouver en nos erreurs ou nos échecs une source de bénéfices inestimable.

Il est évident que certains échecs sont lourds de conséquences et parfois ils peuvent nous terrasser avec violence. Nous amener à confondre douloureusement « avoir raté » et « être un raté ». Bien sûr, nous n’avons pas tous les mêmes ressources pour rebondir.

Raison de plus pour rappeler que la réussite n’est pas le succès.

En effet, Il est des succès dangereux, trop précoces, trop enivrants : le sport de haut niveau regorge d’exemples de champions détruits par un succès prématuré.

« … l’échec est un passage transitoire qui te prépare pour ton prochain succès. » Denis Waitley

Telle est la vertu de l’échec : nous offrir un temps d’arrêt, d’examen, de retour sur soi ; nous offrir la chance d’arrêter d’avancer.

Prenons un exemple simple : votre cafetière. Lorsqu’elle marche, vous ne vous posez aucune question : vous disposez votre dosette dans le filtre, appuyez sur un bouton et retrouver votre café. C’est le jour où elle ne marche pas, se bloque, s’enraie, que vous commencez à vous intéresser à elle : vous la touchez, la bougez, la démontez peut-être – c’est le jour où elle ne marche plus que vous commencez à comprendre comment elle fonctionne.

Et si on s’autorisait d’être parfois « moyen » ?

Personne n’est talentueux tout le temps. Si on a pu s’imaginer dans le passé, ou si l’on nous a fait croire que nous devons toujours apporter la réponse décisive, l’aide déterminante aux personnes et aux situations, alors nous connaissons probablement et finalement la frustration et l’impuissance.

En sport, les grands champions savent que les moments d’inspiration alternent nécessairement avec les phases basses.

Mais ils ont appris à « bien mal jouer », c’est-à-dire à revenir sur la technique de base de leur discipline, sur leur fond de jeu. Ils se concentrent sur le moment présent, le respect de la belle technique. Dans cet espace, ils ne gagnent pas le match mais apprennent à ne pas le perdre ou à minimiser les mauvais effets. Et le mystère est là : l’excellence personnelle repose aussi dans le fond de jeu et dans la capacité à être moyen, en attendant que le talent se présente à la porte.

Greg. HAVRET

Interview open de bretagne Sept. 2019 : https://drive.google.com/file/d/1QjUFioZ9nd8qmpf3LyVzpR9inXKb64dx/view?usp=sharing

Dans l’interview de Grégory Havret, champion français de golf et que je vous partage dans cet article, il nous fait la démonstration avec humilité que nous ne pouvons pas toujours réussir. Qu’il faut savoir accepter le résultat « moyen » et profiter de ce moment unique pour prendre le temps de la réflexion afin de corriger ses erreurs, modifier ses axes de performances et ainsi mieux repartir pour connaître de nouveau la saveur de la réussite.

« Un homme est bien fort quand il s’avoue sa faiblesse. » Honoré de Balzac

Ces paroles correspondent très bien à ce champion. Quel plaisir de pouvoir profiter de la part de Grégory Havret de cette analyse pleine de bon sens et de courage.

En préparation mentale, mettre le sportif au centre de son projet avec ses forces et ses faiblesses, l’accompagner pour qu’il puisse trouver en lui toutes les ressources dont il aura besoin pour vivre les moments difficiles et capitaliser sur ses succès comme le fait de façon autonome Grégory Havret, voilà ce qui m’anime et me passionne au quotidien dans le cadre d’accompagnement de sportifs de haut niveau et lors d’interventions en entreprise auprès de dirigeants, managers et de cohésion d’équipe.

Mais que nous soyons un sportif de haut niveau, que nous ayons diverses responsabilités en entreprise ou dans le cadre familial, lorsqu’il nous arrivera de ne pas connaître le succès et bien rappelons-nous que cela ne nous disqualifie pas mais nous enrichie car il y a de l’or dans l’erreur.

Il est évident et légitime de tendre vers le résultat positif et le plaisir de réussir.

Mais pour parvenir à cet état, il nous faut régulièrement travailler avec persévérance.

D’ailleurs pour rappel : « Le seul endroit où le succès vient avant le travail, c’est dans le dictionnaire. »  Vidal Sassoon

En conclusion, je ferai naturellement référence à cette formule que je trouve emprunte d’équilibre, qui me plaît bien et que je vous partage concernant la façon d’appréhender la notion d’erreur ou d’échec :

« Ne te préoccupe que de l’acte, jamais de ses fruits. Ne te laisse pas non plus séduire par l’inaction. » Bhagavad-Gita

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *